Recherche

Le Xième Blogue du Chibouki Frustré

« Que ta nourriture soit ton médicament et que ton médicament soit ta nourriture » – Hippocrate

Mois

février 2014

Pas de billet ce matin…

1903022_10153954425370314_236124728_n

… mais j’aime bien cette image trouvé sur Facebook! 😉

Dommage…

fermes Lufa

Ma lune de miel avec Les Fermes Lufa n’aura duré que deux semaines, gracieuseté d’un service à la clientèle déficient (ce qui semble être leur seul et unique téléphoniste est sympathique, à condition d’arriver à lui parler!) et de produits manquants, bien que facturés!! Suis-je l’exception à la règle? Maybe, mais j’en doute.

C’est dommage car j’aime beaucoup le concept et les légumes/fruits sont succulents, mais il y a un dicton à l’effet qu’il est préférable de savoir marcher comme du monde avant d’essayer de courir… 😉

Là-dessus je m’en vais déguster (hélas pour une dernière fois) les meilleures tomates cerises que j’ai jamais mangées!

Namasté!

(Mise-à-jour: Suite à la rédaction de ce billet, je suis finalement revenu sur ma décision, gracieuseté desdites tomates cerises… elles sont vraiment trop bonnes!
Cela dit, j’ai quand même décidé de ne pas supprimer mon billet, car ce revirement de cap de ma part n’enlève rien aux bémols que j’ai relevés…)

En attendant que je reprenne du service…

pausez

Bien que mes billets se font rares de ce temps-ci, je n’ai pas laissé de coté mes bonnes habitudes. Oh que non! 🙂

Je traduis ce mutisme temporaire par quelques déceptions passagères, voir notamment ma perte de poids qui stagne, gracieuseté principalement du fait que j’ai mis mes visites à la piscine en stand-by, histoire d’attendre que mon problème de gerçures soit entièrement disparu.

Ajoutons à cela mon asthme qui a refait surface (moi qui croyait être « guéri »), quoique je crois comprendre que c’était principalement dû à ma récente consommation quotidienne de noix, aliment qui, malgré ces nombreuses vertus, est réputé pour être un déclencheur de crise d’asthme. Ayant rayé lesdites noix de mon alimentation, je me croise les doigts dans l’espoir que mes récentes, quoique légère, détresses pulmonaires soient chose du passé… 😉

Il y a un autre facteur derrière mon ralentissement littéraire, soit que j’ai recommencé à faire un peu de photo, passe-temps que j’avais un peu délaissé, quoique température oblige je suis moins porté à me faire aller le kodak en hiver.

Sur ces mots j’arrête de me justifier, et je vous souhaite une bonne semaine!

Namasté!

C’est en germinant qu’on devient germineron

DSCF0158_final_mini

Après une première tentative que je croyais être un échec (il s’avère finalement que ce n’était pas le cas), je me suis essayé de nouveau à faire des germinations et je suis très satisfait du résultat, même si celui-ci n’est pas très différent de ce que j’avais essayé la semaine dernière.

Considérant la facilité du processus et la fraîcheur du résultat, il est clair que la culture de jeunes pousses sera dorénavant monnaie courante dans mon humble demeure.

Pour l’instant je m’amuse avec du blé rouge (délicieux, et un tantinet sucré), mais éventuellement je vais opter pour des pousses de céleri, car celles-ci sont délicieuses et, comme pour la plupart des pousses, très nutritives!

Namaste! 🙂

PS: Pour ceux qui veulent savoir comment procéder, vous n’avez qu’à cliquez ici, quoique je vais probablement vous concocter un tutoriel un de ces quatre… 😉

Mon premier smoothie vert!

DSCF0107_final_mini

Bien que je consomme presque 1 jus verts par jour, je ne m’étais jamais aventuré à opter pour la version smoothie, réservant cette option pour des breuvages fruités.

Je me suis finalement aventuré ce matin et je suis plus que satisfait du résultat. L’inconvénient des smoothies (versus les jus) est que ceux-ci sont assimilés moins vite et moins facilement qu’un jus par notre organisme, mais on conserve l’entièreté des nutriments des aliments .

Pour ceux que ça intrigue, j’ai opté pour un mélange de kales, mangues, bananes et, comme base de liquide, de l’eau de coco. Comme d’habitude, j’ai couronné le tout de miel, de baies de Goji et de graines de Chia.

Je suis d’ores et déjà un adepte! 🙂

En passant, j’ai profité de ma pesée bimensuelle pour remettre ma bannière de progression qui, malheureusement, avait pris le bord au moment où j’ai changé le look de mon blogue.

Namaste! 🙂

WTF??

(Prendre note que les passages en rouge ont étés ajoutés suite à la rédaction de ce billet)

Hum… J’ai constaté un truc très bizarre ce matin. mais avant d’aller plus loin, une mise en situation s’impose.

Histoire de faire changement des jus, il m’arrive de me faire des smoothies pour déjeuner. Généralement, pour la portion liquide j’opte pour du lait de soja, mais exceptionnellement la semaine dernière j’ai pris du lait d’amande. Même pas 5 minutes après avoir commencé à boire mon breuvage, j’ai commencé à avoir de légères crampes intestinales. J’ai jeté le reste de mon smoothie et le lait d’amande en me disant qu’il devait y avoir un problème avec la pinte que j’avais acheté.

Ce matin je décide de donner une deuxième chance audit lait pour, quelques minutes plus tard, être de nouveaux victimes de maux de ventre. Je jette le restant de mon verre, qui curieusement me semblait plus consistant que lorsque je l’avais versé, et j’arrive pour en faire de même avec le contenu d’un autre verre que j’avais réservé dans le frigo (pour une collègue de travail) jusqu’au moment où j’ai constaté un truc vraiment bizarre… Le smoothie était rendu tellement consistant qu’il tenait tout seul, et cela même en tenant mon verre à l’envers. No wonders que mon estomac capotait!

lait_amande

Après plusieurs tests en utilisant les mêmes aliments que ce matin (mangues, bleuets, miel, bananes, graines de Chia, etc), soit en recueillant un échantillon de smoothie à chaque fois que j’ajoutais un ingrédient, il semble qu’il se produit une espèce de réaction entre le lait d’amande et la banane. J’aimerais en comprendre le pourquoi, car pourtant les recettes de smoothies qui combinent ledit lait et les bananes sont nombreuses, mais sur les trois tests que j’ai fait, et cela avec deux batchs de lait différentes, la même chose s’est produite, et cela en moins de 15 minutes.

C’est à ne rien y comprendre, mais chose certaine, il n’y aura pas de lune de miel entre moi et le lait d’amande… 😉

Mise-à-jour: Étant donné que suite à la rédaction de ce billet vous avez étés plusieurs à me souligner que c’est probablement le Chia qui est en cause, je tiens à préciser que ce n’est pas le cas car, dans mes tests, la réaction se produisait avant même que j’incorpore les graines de Chia.

Le contraire m’aurait surpris car, en tant que lecteurs assidus que vous êtes, vous devez savoir que je met toujours du Chia dans mes smoothies… 😉

Un peu d’air frais ne fait pas toujours du bien…

oxydation

La raison première derrière ma décision de passer de mon Big Mouth à un slow juicer était de prévenir le phénomène de séparation des matières qui se produit quand on extrait ses jus avec une centrifugeuse.

Quel facteur cause cette séparation? C’est en grosse partie le « fruit » de l’oxydation, causé par la chaleur que génère la vitesse de la centrifuge et l’exposition du jus produit à l’air qui, dénaturé, se voit moins résistant à l’oxygène.

Est-ce grave? Non. Le jus produit est quand même bon, suffit juste de le brasser avant de le consommer. Est-ce moins bénéfique? Oui, car qui dit oxydation, dit mort des enzymes présents dans l’aliment, ce qui enlève tout le sens au terme « alimentation VIVANTE ».

C’est quoi ça des enzymes et en quoi ça peut nous être utile? N’étant pas un expert en la matière, je vais me permettre de faire un copier/coller d’un texte provenant de ce site:

« Les enzymes sont des protéines qui servent de catalyseurs dans le corps humain et accélèrent les réactions biochimiques ou encore les rendent possibles. Elles remplissent des fonctions importantes avec certains substrats, selon le principe de la clé et de la serrure, des fonctions qu’aucune autre substance nutritive ne peut remplir Les enzymes digestives dans les sucs digestifs, par exemple, divisent les substances nutritives, si bien qu’elles peuvent être résorbées et transformées. Les enzymes transforment les aliments dans le tissu corporel, autrement dit, elles sont nécessaires à la digestion et à l’absorption de nourriture… »

Cela dit, quelle ne fut pas ma surprise de constater qu’un de mes jus n’avait pas échappé à ce phénomène, et cela malgré une extraction à froid. Après quelques tests, j’ai finalement compris.

Avant de commencer ledit jus, pour accélérer le processus j’ai pris la peine de préparer mes aliments, soit de les nettoyer et de les couper, histoire justement de faire en sorte que l’extraction soit plus rapide, diminuant ainsi le temps où le jus est exposé à l’air libre. J’avais pourtant pris la peine de déposer mes morceaux de pommes et de concombres (les deux pelés) dans un bol d’eau citronné, mais bien que cette façon de faire retarde le processus d’oxydation, elle ne fait pas de miracle non plus.

Que faire alors?

1- Prendre la peine de mettre (au minimum) l’équivalent d’un demi-citron fraîchement pressé dans le fond du contenant qui va recueillir le jus. Prendre note qu’il est également conseillé de mettre un glaçon, histoire que le jus recueillie reste froid le plus longtemps possible. Faut pas oublier qu’il s’agit d’un SLOW juicer… 😉

2- Découper ses aliments au fur et à mesure. On ne gagne pas de temps, mais on réduit considérablement les risques d’oxydation.

3- Évitez de peler les aliments, à condition de bien les nettoyer… 😉

4- Consommer le jus immédiatement, où l’entreposer sous-vide dans notre frigo, et cela dans le but de le consommer le plus rapidement possible, idéalement à l’intérieur de 24 heures.

Si l’entreposage sous-vide n’est pas une option pour vous, et cela malgré cette procédure simple et abordable, arrangez-vous pour que votre contenant soit plein à ras bord, histoire de laisser le moins de place possible pour l’oxygène.

Suivez ces consignes, et logiquement vos jus ne devraient pas se transformer en cimetière d’enzymes… 😉

Déjà trois mois!

DSCF0067_final_mini

Et oui!Il y a précisément trois mois, j’entreprenais mon virage santé en mettant un stop à ma consommation quotidienne de croustilles et de boissons gazeuses. Vous connaissez le reste… 😉

Depuis cet éveil, mon moral est constamment à la hausse, j’ai perdu (jusqu’à présent) au delà de 40 livres, je suis plus en forme que jamais (quoique il est clair que le poids en moins y est pour quelque chose), j’ai plus d’énergie, je n’ai plus de maux de tête et, surtout, mon asthme semble être chose du passé! Moi qui, depuis plus de 30 ans, souffrait de ce vilain maux, n’ai pas eu recours à mes pompes depuis près de 3 semaines!

En fait, me basant sur le fait que je ne souffrait plus de mes (légers) maux de tête, j’ai profité du fait que ma pompe d’Advair était vide (que j’utilisais quotidiennement) pour voir combien de temps je pourrai m’en passer, en me promettant de courir en acheter une à la pharmacie au moindre problème, mais so far so good, et cela malgré le froid et de nombreux efforts physiques, deux déclencheurs notoire de détresses respiratoires.

Cela dit, je suis conscient qu’il est encore trop tôt pour crier victoire, mais jusqu’à présent tout semble indiquer que l’industrie pharmaceutique va faire un peu moins d’argent avec moi, et que je vais coûter beaucoup moins cher à l’état… 😉

Un autre changement majeur dans mes habitudes que je n’ai vraiment pas vu venir: je ne regarde plus la télévision! Cherchez le rapport, car à prime abord je ne le vois pas, mais c’est beau si je regarde 30 minutes de télé par semaine. En fait, la seule raison pour laquelle je ne débranche pas le câble, c’est pour ne pas pénaliser ma coloc.

Cela dit, le plus important dans ma transformation est que je m’aime beaucoup plus qu’avant. Oui il est clair que j’aime mieux me regarder dans le miroir avec 40 livres en moins, mais c’est beaucoup plus que ça! Je m’aime d’avantage car, à tous les jours, j’investie au minimum une heure de mon temps à préparer mes jus! Je m’aime d’avantage car, beau temps mauvais temps, je vais en moyenne 2 fois semaines à la piscine car je suis conscient que c’est bon pour moi. Je m’aime d’avantage car je suis témoin des « efforts » que j’investis dans ce nouveau moi, et j’en suis grandement reconnaissant! Prendre note que j’ai mis « effort » entre guillemets car, comme je l’ai mentionné ailleurs, tout ça ne me demande aucun sacrifice!

D’ailleurs j’ai constaté plus tôt aujourd’hui un des effets indirects de ce nouvel amour propre qui m’habite, alors que j’ai été visité mon père (pour ceux qui l’ignore, il réside dans un CHSLD). Je me sentais beaucoup plus aimant et affectueux à son égard. Je n’hésitais pas à le toucher, à le serrer, chose que je faisais très mécaniquement avant, alors qu’aujourd’hui c’était naturel. D’ailleurs, de part son regard et son sourire quand je suis parti, c’est clair qu’il s’en rendait compte. J’imagine qu’il est plus facile d’aimer autrui à partir du moment où on s’aime soit-même… 😉

Pour conclure, comment ai-je célébré ce 3 mois de saines habitudes? En me tapant une bonne poutine!! Histoire de souligner la chose avec quelque chose que je ne mange plus, et du même coup vous rassurez que ce n’est pas parce-que mon alimentation est dorénavant constitué à 70% d’aliments dits « vivants » (fruits et légumes crus) que je vais devenir le cliché du végan enragé qui fait chier tout le monde avec ses principes et ses valeurs.

D’ailleurs, de grâce, si vous m’invitez chez vous, cassez-vous pas le bicycle et mettez dans mon assiette la même chose que dans la votre! Ça va me faire plaisir de me régaler de ce que vous avez pris le temps de cuisiner, et la dernière chose que je vais faire est bien de vous juger… 😉

Namaste!

Conclusions sur mon Healthy Juicer

DSCF0152_final

Après une deuxième session un peu plus satisfaisante, voici mes conclusions sur l’utilisation du Heathy Juicer de Lexen versus ma bonne vieille centrifugeuse Big Mouth:

1- Comme tout bon slow juicer (manuel ou électrique), ladite machine surpasse ma centrifugeuse pour extraire du jus de tout ce qui contient peu de liquide (épinards, kales, carottes, etc) mais, pour ce qui est des aliments juteux (pommes, concombres, etc), la quantité de jus recueillie semble être la même.

En guise d’exemple voir le comparatif ci-dessous où deux concombres de la même taille ont étés utilisés. Prendre note que le jus de la photo de droite est plus foncé dû au fait que je n’ai pas épluché la pelure (pour que le poids des deux concombres concorde).

démo2

Comme vous pouvez le constater, outre la mousse causée par la centrifugeuse, la quantité de jus obtenue est la même.

2- Très facile d’entretient! Se lave les deux doigts dans le nez, contrairement à une centrifugeuse.

3- Très abordable, soit $50, versus $200 pour son équivalent électrique, quoi en revanche ceux-ci sont beaucoup plus polyvalent.

Conclusion: Je suis plus que satisfait de mon achat! Certains pourraient être rébarbatifs au fait qu’il faut prendre le temps de couper les aliments en petits morceaux, et qu’il faut tourner la manivelle au lieu de laisser ça entre les mains d’un moteur, mais moi ça ne me dérange pas.

Au contraire même, car ça ajoute un coté rituel à un processus où la personne qui en récoltera les bienfaits n’est nulle autre que soit même.

Là-dessus je vous laisse, et comme dirait mon amie Isabelle…

Namaste 🙂

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑