Recherche

Le Xième Blogue du Chibouki Frustré

« Que ta nourriture soit ton médicament et que ton médicament soit ta nourriture » – Hippocrate

Mois

mars 2014

Rien de mieux qu’un petit break de temps à autre

Fish-Facing-Challenge

Ben oui… De retour sur ce blogue après une autre absence prolongée… Ceux qui me connaissent de mon autre blogue savent que ce n’est pas inhabituel de ma part… j’ai des passes comme ça… 😉

Cela dit, après un peu d’introspection, je crois comprendre que ce mutisme de ma part provient en partie d’une certaine lassitude que j’ai cru percevoir il y a une dizaine de jours. Est-ce le résultat d’avoir atteint mon objectif? Genre « Pis qu’est-ce qu’on fait asteur? » ou quelque chose du genre? Je ne sais pas. Mais je dois vous admettre que cette « lassitude » commençait à me peser.

En fait, je ne sais pas trop comment décrire ladite lassitude en question, quoique je commençais à constater ses effets sur mes « nouvelles habitudes », et cela sous forme de petits gestes d’auto-sabotage. Rien de très grave, mais ajoute un café d’un bord, une palette de chocolat de l’autre, et quelques bouffes au resto en quelques jours et, de fil en aiguille, un sentiment de honte commençait à faire sa niche entre mes deux oreilles.

Avais-je peur de retomber à la case départ? Non, car je sais que mes nouvelles habitudes alimentaires ne me quitteront jamais, car celles-ci reposent sur des croyances et des valeurs que je n’avais pas avant, mais il est clair que quelque chose clochait.

J’en suis éventuellement venu à la conclusion que suite à l’atteinte de mon poids santé, faute de nouveaux défis, j’en était venu ironiquement à baisser la barre, plutôt qu’à la monter proportionnellement à mon cheminement.

Conscient de la chose, je me suis dit que injecter du sang neuf me stimulerait peut-être un peu, chose que j’ai faite la semaine dernière en m’équipant d’un déshydrateur et d’un extracteur à jus Omega, chose que je m’étais promis de faire un de ses quatre.

nananes

Est-ce que ma tactique semble porter fruit? Je pense que oui! J’expérimente chaque jours avec le déshydrateur, car c’est une bête à apprivoiser, et les performances de mon nouvel extracteur sont une source d’excitation et de satisfaction qui est très stimulante.

Cela dit, il est clair qu’outre les nananes occasionnels comme mes deux nouveaux joujoux, mon salut repose dans des petits défis et d’en de nouveaux efforts de sortir de ma zone de confort, car il n’y a rien de plus lourd que le sentiment d’être blasé… à condition d’en être conscient évidement, ce qui n’est pas toujours évident!

Namasté! 🙂

Publicités

Objectif atteint!! Yes!!!

Start-finish-line3 copy

Merci chère balance qui, en ce mardi matin, a finalement décidé de me faire plaisir en affichant trois beaux chiffres, soit 1-8-0! Eh oui, mon objectif de 180 livres est finalement atteint, et cela 4 mois et une cinquantaine de livres en moins plus tard!

Cela dit, comme l’illustre la photo générique que j’ai choisi en guise d’entête de ce billet, ce point culminant est la fin d’une étape, et le début d’une autre.

Soit l’étape où je vais continuer d’entretenir mes nouvelles habitudes alimentaires, chose qui sera très facile, car ce nouveau rythme de croisière ne me demande ni efforts, ni discipline. Mais en quoi consiste ce nouveau train-train quotidien au juste car, veut veut pas, je suis conscient qu’il subsiste plusieurs idées préconçues entourant mes dites nouvelles habitudes. Certaines étant le fruit de préjugés, d’autres résultants d’un manque de communication de ma part.

Premièrement je tiens à réitérer le fait que tout ça ne fut pas le fruit d’une diète ou quoi que ce soit de la sorte. En fait, ce n’est que le résultat de nombreux changements permanents que j’ai apportés à mon alimentation (pour plus de détail, lire mon texte de présentation).

Deuxièmement, pour ceux qui m’ont demandés des recettes ou de leur divulguer mon truc, vous serez déçus d’apprendre que je n’ai pas vraiment de recettes miracles à vous partager, car mon «secret» est fort simple, soit d’avoir une alimentation qui consiste à (environ) 75% de fruits et (surtout) de légumes, et la plupart du temps crus.

Troisièmement, contrairement à ce que certains pensent, je ne me «nourris» pas que de jus. Il est vrai qu’inspiré d’un de mes deux films cultes il m’arrivait souvent au début de substituer des repas par soit un jus où un smoothie, mais bien que ça m’arrive encore à l’occasion, c’est beaucoup moins fréquent maintenant, quoique je m’en fait toujours un le matin pour accompagner mon déjeuner, et parfois un deuxième pour me donner un boost en après-midi, mais ce n’est pas systématique.

DSCF0014_final

Coté «nourriture», je dois admettre que je mange pas mal souvent la même chose, soit de la salade. Pas par «obligation», ni par souci de bien me nourrir, mais bien car j’en suis devenu accro. Cela dit, soyez rassuré que mes portions sont relativement gigantesques, et sont composées de plusieurs ingrédients, tels que des champignons, des tomates, des concombres, du tofu, des pois-chiches, de la luzerne, des olives, du fromage (généralement feta), etc…

Suis-je devenu végétarien ou végétalien? Non. D’ailleurs, lors d’une récente visite chez mon amie Julie, je me suis garoché dans le poulet portugais comme si je venais d’être libéré de Guantanamo. Il m’arrive même parfois de manger de la junk, mais je dois admettre que c’est assez rare. Encore là ce n’est pas par «obligation», mais bien parce-que j’en ai plus envie.

Cela dit, bien que l’objectif décrit en début de billet est atteint, je suis bien conscient que je vais continuer de maigrir, car pour contrer la chose faudrait que je mange de plus grosses portions, moi qui pourtant, et je vous l’assure, mange à sa fin.

N’ayez crainte que je vais m’avoir à l’oeil, moi qui n’a plus honte de me regarder dans le miroir, et dès que je vais commencer à ressembler à Christian Bale dans «The Machinist», je vous assure que je vais remédier à la situation.

Namasté! 🙂

ma transformation_mars2014

Mini-critique de film: « Crazy Sexy Cancer »

SexyCancer_DVDMkUp_FLT

A l’aube de la trentaine, une actrice (plus ou moins connu) du nom de Kris Carr apprend qu’elle est atteinte d’une forme de cancer rare et incurable. Dans le but de s’auto-motiver, elle décide de se filmer dans ses diverses démarches dans le but de se guérir du mal qui l’afflige en se penchant vers des méthodes alternatives et expérimentales.

J’ai tout simplement adoré ce film sans prétentions. Bien qu’elle est dorénavant convertie à l’alimentation dite vivante, Kris Carr évite le piège de prêcher à tout prix, et conserve une approche très objective tout au long de son film.

Un bon petit feel-good-movie que je vous recommande chaudement!

Petit cours 101 sur les germinations

Tel que demandé par une amie, je me suis amusé à vous concocter un petit tutoriel sur la technique que j’utilise pour faire mes germinations maison.

Matériels requis: Un pot Mason, un élastique, un bout de coton fromage (ou de moustiquaire) et, évidement, des semences… 😉

1- Mettre l’équivalent de deux cuillerées à soupes de semences dans le fond d’un pot Mason de 1 litre.

2- Recouvrir le pot de votre morceau de coton fromage (ou moustiquaire), et le maintenir en place à l’aide de l’élastique. Vous pouvez également opter pour un couvercle, quoique je préfère la technique de l’élastique, car l’eau restante s’égoutte plus facilement.

DSCF0713_final_mini

3- Remplir votre pot à moitié d’eau tiède, et bien rincer les semences. Répéter à trois ou quatre reprises.

4- Dès que c’est fait, remplir de nouveau votre pot d’eau tiède, histoire que vos semences trempent dans ladite eau pendant la nuit (entre 8 et 12 heures) dans un endroit sombre.

DSCF0689_final

5- Le lendemain matin, répéter l’étape 3 à quelques reprises,  et laissez reposer votre pot dans une position inclinée (environ 45 degrés), histoire de permettre à l’eau restante de continuer à s’écouler. Bien recouvrir d’un linge, histoire que les semences ne soient pas exposées à la lumière, tout en s’assurant de ne pas obstruer le couvercle, histoire que l’air circule librement.

DSCF0738_final_mini

6- Répéter l’étape 5 à tout les 8 heures, tant et aussi longtemps que les tiges n’ont pas fait clairement leurs apparitions. Prendre note que si l’attente de 8 heures est un problème, il est préférable de rincer les semences trop souvent que pas assez, car le but derrière la chose est de maintenir un niveau d’humidité élevé pour permettre aux graines de germer.

7- Dès que les tiges font leur apparitions (généralement à l’intérieur de 36 heures, selon le type de semence), continuer de répéter l’opération aux 8 heures, mais cette fois-ci sans recouvrir le pot, et en s’assurant que celui-ci repose dans un endroit où la lumière du jour est indirecte.

IMG_1866_final

8 – Dès que vos germinations ont la tailles désirée, généralement au bout de 4 ou 5 jours, rincez-les à quelques reprises pour une dernière fois, mais cette fois-ci à l’eau froide, histoire d’arrêter leur croissance.

DSCF0932_final

9- Dès que c’est fait, déposez-les dans un grand bol d’eau froide, question de pouvoir les séparer facilement des écailles vides et des semences qui n’ont pas germées.

DSCF0933_final

10- Déposez vos germinations sur un linge à vaisselle (ou des essuie-tout), et apposez un autre linge par-dessus, histoire de pouvoir éponger le plus d’eau possible (sans virez fou non plus).

DSCF0942_final

11- Mettre vos jeunes pousses dans un sac troué pour fruits et légumes, et entreposez-les dans le bac à légumes de votre frigo. Je favorise fortement ce genre de sac, car de par leurs minuscules perforations, ils permettent aux aliments de respirer, tout en conservant un minimum d’humidité.

DSCF0943_final_fleche

Et voilà! Je pense avoir fait le tour. Au pire aller, je ferai des modifications à mon billet si je réalise que j’ai oublié certains trucs… 😉

Bonnes germinations, et Namasté! 🙂

Lâche pas mon Chibouki! :)

Comme ma bannière l’indique, je ne suis plus qu’à quelques livres de mon objectif final! Si tout va bien, j’imagine que le tout se jouera d’ici la fin de la semaine.

Comme je le pensais, c’est le fait que je vais à la piscine moins souvent, gracieuseté mortelle du froid et du chlore sur mes pauvres doigts gercés, qui fait que la balance penche moins rapidement du coté voulu.

Cela dit, j’aime mieux me rendre à bon port moins vite, mais plus surement… 😉

Namasté! 🙂

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑